Instinct Collectif et Cleyrop donnent la parole à 14 industriels français concernant leurs interrogations et leur vision en faveur d’une souveraineté numérique au service de la performance économique.

Constat partagé : la dette technologique européenne n’est pas une fatalité

Quelle est la place des technologies européennes dans le quotidien et la stratégie des entreprises françaises ? Le recours aux acteurs technologiques souverains est-il perçu aujourd’hui comme une diversification des risques, un levier d’innovation, une source de compétitivité… ?

 

Avec le manifeste “Concilier performance industrielle et souveraineté technologique”, Instinct Collectif et Cleyrop donnent la parole à 14 industriels français concernant leurs interrogations et leurs visions en faveur d’une souveraineté numérique au service de la performance économique.

« Les crises successives, dont la pandémie et la guerre en Ukraine nous rappellent que la souveraineté numérique est plus que jamais un enjeu majeur. »
Stéphane Dedeyan, DG de CNP Assurances

Conscientes du risque de remettre leurs données entre les mains d’entreprises potentiellement concurrentes et localisées hors de nos juridictions, les entreprises que nous avons interrogées partagent leurs points de vue, leurs craintes mais aussi leurs pistes de réflexion et leurs attentes d’innovation pour trouver le chemin de la souveraineté numérique. Parmi elles, l’appel au soutien des startups technologiques européennes, qui pourraient, si elles en avaient les moyens financiers et économiques, rééquilibrer le rapport de force.

« Durcir les réglementations n’est pas la solution. Il faut miser sur des écosystèmes dynamiques ! La logique de création l’emportera toujours sur la logique de protection. »
Xavier Durand, DG de Coface

 

Pour recevoir le manifeste, veuillez compléter le formulaire :

 

Les réseaux de l’interviewé

Société de l’interviewé

La Rédaction

Partager cet article :